Le Foot Business va-t-il trop loin ?

On a pu constater ces dernières années un véritable essor du foot business avec une explosion des salaires mais surtout des prix de transferts des joueurs. Le Paris Saint Germain et l’AS Monaco en ont donné une belle illustration cet été mais ils sont loin d’être les seuls, certains clubs russes, qataris ou encore chinois promettant des sommes phénoménales pour attirer de nouveaux joueurs.

 

Pour Philippe Piat, président de l’UNFP, ces prix de transferts excessifs posent problème car ils ne correspondent à aucune réalité et tendent à créer une surenchère sans fin parmi les plus grands clubs. Pour Philippe Piat, les indemnités de transferts devraient être limitées et il propose un calcul simple pour les déterminer : selon lui, elles doivent correspondre au montant du salaire restant dû au joueur. Ainsi, il suffirait de connaitre le salaire du joueur et le nombre de mois qu’il lui reste à assurer dans son contrat pour savoir combien payer pour son transfert. Cette technique de calcul tiendrait compte de l’évolution du niveau du joueur au cours de son contrat puisque le salaire se modifie en parallèle et l’indemnité serait évaluée en fonction.

 

Ce calcul semble le plus juste au président de l’UNFP mais ne contente pas tous les clubs puisque le prix du joueur diminue au fur et à mesure du contrat Quant à la FIFA, sa position reste floue, tiraillée entre sa volonté d’équilibrer les droits des joueurs et des clubs et la pression des clubs et des ligues.

Laisser un commentaire