Le FC Bâle doit-il être sanctionné dans l’affaire Greenpeace ? Sûrement pas…

Mardi dernier, à l’occasion de la réception de Schalke 04 dans le cadre de la 2ème Journée de la Ligue des Champions, une action menée par Greenpeace est venu perturber la rencontre. Et c’est bel et bien le FC Bâle qui pourrait faire les frais de cette action puisque l’UEFA pourrait condamner le club suisse pour défaut de sécurité.

 

Après 3 minutes de jeu seulement lors de la rencontre entre Bâle et Schalke 04, des militants de Greenpeace ont souhaité venir perturber quelque peu la rencontre. Prévue en amont, cette opération a vu deux membres de l’association écologiste descendre en rappel du toit du stade Saint Jacques et une énorme banderole être déployée dans l’enceinte du FC Bâle.

 

Cette dernière dénonçait  le non-respect de l’Arctique et en particulier la présence d’une plateforme de Gazprom en plein cœur de l’Arctique qui, selon eux, présente un réel danger pour cette région du globe. Or, Gazprom est le sponsor principal du FC Schalke 04 mais également un des partenaires majeurs de l’UEFA.

 

Si Greenpeace a une nouvelle prouvé ses convictions en menant une action militante spectaculaire, c’est bien le FC Bâle qui pourrait en pâtir puisque le club suisse est dans le collimateur de l’UEFA. Néanmoins, avouons que même s’il y a assurément eu là un problème de sécurité, elle est l’œuvre d’une organisation reconnue pour ses opérations coups de poing et jusqu’à présent, peu nombreux ont réussi à les contrecarrer.


Aussi, la clémence à l’encontre du FC Bâle est à espérer surtout que ce club et ses supporters n’ont jamais fait parler d’eux. Alors oui, une sanction doit frappée le FC Bâle mais pas un match à huis clos, cette sanction étant à réserver aux problèmes de supporters trop souvent observés dans les stades. Il serait probablement plus cohérent de sanctionner des clubs dont les supporters sont loin d’être des anges plutôt que le FC Bâle qui a du faire face à une des organisations, Greenpeace, les plus redoutables pour conduire de telles opérations. Pas sûr d’ailleurs que les plus grands clubs de la planète aient fait mieux face à une telle problématique…

 

Espérons donc que le FC Bâle ne va pas payer en servant d’exemple dans cette affaire car ce serait tout bonnement injuste. Mais l’atteinte à un partenaire de l’UEFA pourrait tout de même coûter cher…

Laisser un commentaire