Le fair-play financier remis en cause par certains acteurs du football ?

FPF

Alors que l’UEFA a fait respecter durant l’intersaison 2014/2015 les règles du fair-play financier avec  une efficacité pas inintéressante, voilà que plusieurs acteurs du football pourraient remettre en cause ces règles devant les tribunaux européens en arguant que ces règles sont contraires au principe de libre concurrence.

 

Si l’UEFA a pris ses responsabilités pour faire appliquer le fair-play financier (FPF) durant l’été 2014, l’instance européenne pourrait bien avoir droit au revers de la médaille. En effet, alors que de nombreux clubs ont salué le travail réalisé dans ce domaine par l’UEFA, d’autres, en particulier le Paris Saint Germain et Manchester City, se sont retrouvés à la diète avec l’impossibilité de recruter des joueurs pourtant convoités.

 

Bien entendu, d’un point de vue de l’équité sportive, on ne peut que féliciter l’UEFA d’avoir fait appliquer le fair-play financier cet été puisque cela a évité que des mastodontes financiers du football européen n’écrasent le marché des transferts avant d’écraser leur compétition nationale voire leurs débuts en coupe européenne.

 

Toutefois, ces règles pourraient bien rapidement prendre du plomb dans l’aile puisque les Qataris, qui tiennent les cordons de la bourse à Paris comme à Manchester, pourraient se laisser tenter par des actions en justice devant les juridictions européennes au motif que le fair-play financier est une entrave au principe de libre concurrence. Plusieurs acteurs du football (agents de joueurs, supporters) ont déjà mené des actions en ce genre mais nul doute que les clubs eux-mêmes apporteraient plus de poids sur ce dossier.

 

Face à cette possibilité, l’UEFA semble prête puisque elle répondra très probablement aux juridictions européennes que le fair-play financier a vocation à protéger les clubs de football. Et oui, même si beaucoup voient en le FPF un outil pour éviter que des clubs n’écrasent les compétitions, une autre logique et que ces règles financières permettent aux clubs de conduire une politique économique saine et durable.

 

Pour cette ultime raison d’ailleurs et parce que le football mérite de rester un sport avant tout, les règles du fair-play financier doivent s’ériger en règle fondamentale à laquelle doivent se conformer tous les clubs de football.

Laisser un commentaire