La JS Kabylie lourdement sanctionnée par la CAF après le décès d’Albert Ebossé

JS_KABYLIE

Il y a environ un mois, Albert Ebossé, jeune attaquant camerounais du club algérien de la JS Kabylie, décédait quelques minutes après le match entre la JS Kabylie et l’USM Alger en raison des pierres jetées à l’encontre de son équipe par les supporters de son propre club. La Confédération Africaine de Football n’a pas souhaité laisser passer cette triste « affaire » et a durement sanctionné la JS Kabylie.

 

Le 23 Août dernier, dans son enceinte de Tizi Ouzou, la JS Kabylie s’inclinait 2 à 1 face à l’USM Alger. A la fin de la rencontre, quelques imbéciles supporters du club local, munis de pierre et de fragments d’ardoise, jetaient ces projectiles sur les propres joueurs de son équipe. Albert Ebossé, touché au crâne, succombait de sa blessure quelques heures plus tard à l’hôpital.

 

Si la mort de l’attaquant camerounais a fait le tour du monde prouvant que la violence dans les stades au Maghreb était loin d’avoir disparu, tout le monde attendait que des sanctions soient prononcées à l’encontre du club.

 

En effet, la JS Kabylie avait rapidement annoncé verser une prime de 100 000 dollars à la famille du joueur ainsi que ses salaires jusqu’à la fin de son contrat. Mais la Fédération Algérienne avait aussi décidé de sanctionner le club de Tizi Ouzou en suspendant pendant un an le Stade du 1er Novembre et en interdisant pendant 6 mois les supporters de la JS Kabylie à l’extérieur.

 

La Confédération Africaine de Football devait à son tour se prononcer quant aux sanctions infligées au club algérien et la CAF n’y est pas allé avec le dos de la cuillère puisque elle a tout bonnement suspendu la JS Kabylie de compétition continentale pour les deux prochaines saisons. Voilà donc qui devrait inciter le club de Tizi Ouzou, et bien d’autres sans doute, à veiller davantage à la sécurité dans les stades car si le geste des supporters est à condamner, il est également anormal que des pierres et des morceaux d’ardoise soient présents dans les tribunes d’un stade de football.

albert-ebosse

Laisser un commentaire