La Coupe de France et les querelles de partage de recettes

Chaque année, si la Coupe de France nous offre de belles surprises et d’intenses moments d’émotion, elle est aussi l’occasion de querelles entre les deux familles du football que sont le football professionnel et le football amateur. En effet, alors que cette compétition devrait être l’occasion de voir tous les clubs français faire primer le football au détriment d’autres considérations, certains clubs semblent tout de même vouloir faire parler davantage du partage des recettes que de la réalité du terrain. Affligeant…

Et oui, comme chaque année, quelques clubs professionnels ont trouvé bon de prendre leur part de recettes à l’issue d’une rencontre face à un club amateur qui aurait bien eu besoin de cette somme, souvent ridicule à l’égard du budget d’un club professionnel. Ainsi, l’ESTAC, pourtant peu coutumière du fait, a jugé normal de prendre le chèque de 7000€ (Troyes a un budget de 17 millions d’euro) remis par le club de Montceau alors même que les Troyens venaient de mettre fin à l’aventure montcellienne en Coupe de France.

Alors, que penser de cette décision ? La première réaction consiste bien entendu à penser que le petit (lorsqu’il s’agit d’un club amateur) méritait de conserver l’intégralité du budget recettes afférent à la rencontre surtout que ce ne sont pas 7000€ qui équilibreront le budget troyen de 17 million d’euro. Après, en y réfléchissant un peu, l’attitude des dirigeants de l’ESTAC ne correspond qu’à une application stricte des règlements et n’est pas foncièrement choquante. Il n’empêche que laisser la caisse aux clubs amateurs semble désormais faire partie intégrante de la compétition et, avouons-le, le geste symbolise aujourd’hui l’une des rares actions qui semblent encore en mesure de maintenir un lien entre un football professionnel et un football amateur qui ne semblent pas réellement se comprendre.

De plus, on préfère (même si nous n’avons rien contre le club de Troyes) nettement les attitudes de Sochaux ou même des clubs corses. En effet, Sochaux a non seulement laissé la recette du match dans son intégralité à Thaon mais a, de plus, invité les joueurs amateurs à assister à une rencontre à Bonal. Un joli geste qui mérite d’être salué.

En Corse, le seul représentant encore présent en Coupe de France, le CA Bastia a tenu à remercier ses deux homologues professionnels de l’Ile. Et oui, si le voisin du SC Bastia a laissé la caisse, l’AC Ajaccio, pourtant « ennemi » des clubs bastiais, a fait tout le nécessaire pour aider le club du CAB à organiser le derby bastiais à Ajaccio. Cette belle solidarité corse est d’ailleurs l’une des belles histoires de cette Coupe de France 12/13.

Laisser un commentaire