L’affaire Parmalat remet les scandales autour du foot italien sur le devant de la scène

Le football italien fait l’objet de nombreux scandales. Et lorsque les scandales ne sont pas actuels comme ce fut le cas il y a quelques semaines lors de la rencontre Salernitana – Nocerina qui n’avait pas pu se terminer en raison du comportement des joueurs de Nocerina, ce sont de vieux démons qui viennent resurgir comme c’est le cas ce jour avec l’affaire Parmalat.

 

En effet, si les moins de 15 ans n’ont probablement jamais connu la firme Parmalat et sa grande implication dans le club de Parme, il est à rappeler que le grand groupe laitier italien était le sponsor principal du club de sa ville, le Parma AC.

 

Mais, lorsqu’en 2003, la firme Parmalat fait faillite, ce sont plus de 135 000 épargnants italiens qui perdent de l’argent dans ce qui est la plus grande faillite de l’histoire. Et oui, si à l’époque, la dette était estimée à 1,8 milliards d’euros, elle a ensuite été révisée lors des procès pour atteindre le montant de 14 milliard d’euros. Jusque-là, j’imagine que vous ne voyez pas véritablement le rapport avec le football et pourtant…


Le Président de Parmalat, Carlisto Tanzi, était alors également le Président du club de football de Parme et n’aurait pas hésité à utiliser de l’argent du géant laitier pour payer les joueurs du Parme AC et pour diverses autres utilisations expliquant en partie la dette colossale accumulée par Parmalat.

 

De nombreux anciens joueurs de Parme (Lilian Thuram, Hristo Stoichkov, Hernan Crespo, …) sont ainsi devant la justice aujourd’hui pour s’expliquer sur de possibles contrats publicitaires qui auraient pu permettre aux joueurs de bénéficier d’argent versé par Parmalat plutôt que par le club. Ces faux contrats publicitaires auraient ainsi permis à Tanzi de verser des compléments de salaires aux joueurs.

 

Les joueurs devront donc dire tout ce qu’ils savent sur ces supposés contrats qui s’apparenteraient bien sûr à une méthode frauduleuse pour payer des joueurs. Des agents sportifs seront d’ailleurs également présents à la barre pour se défendre et tenter de prouver qu’il n’y a pas eu de recours à ce type de pratiques.

 

Une chose est certaine, Calisto Tanzi purge actuellement une peine de prison de 8 ans pour fraude, durée à laquelle s’ajoute, en l’état de l’avancée juridique de l’affaire, 18 ans de prison pour faillite frauduleuse et association de malfaiteurs.

Laisser un commentaire