Coupe du Monde 2014 : Les footballeurs brésiliens ne seront pas privés de sexe !

Tous les quatre ans, l’approche de la Coupe du Monde est l’occasion de voir deux grands sujets ressortir dans les médias. En premier lieu, ce sont les pronostics sur les favoris de la Coupe du Monde. Et en second lieu, et c’est plus étonnant, c’est la question de la vie sexuelle des joueurs pendant la compétition qui est abordée. Les représentants du pays hôte, le Brésil, pourront en tout cas faire l’amour normalement…

 

Et oui, à chaque Coupe du Monde, la question de savoir si faire l’amour nuit à la forme des joueurs est posé. Et bien, si on en croit le sélectionneur brésilien Felipe Luiz Scolari, récemment interrogé à ce sujet, les Brésiliens ne seront pas privés de sexe pendant leur Coupe du Monde. En revanche, le sélectionneur des Auriverde précisera à tous ses joueurs que seuls les rapports sexuels normaux seront autorisés, la performance devant être réalisée sur le terrain et non au lit.

 

Et il semblerait que Scolari ait vu juste puisque les médecins qui se sont interrogés sur le lien entre sexe et performance sportive sont quasi-unanimes pour dire que l’activité sexuelle est nécessaire pendant une grande compétition à condition qu’elle ait lieu avec une partenaire régulière et non avec une femme à qui l’on a quelque chose à prouver.

 

En effet, une Coupe du Monde de Football ne doit pas être, pour un joueur, l’occasion de prouver que l’on peut être un bon amant et doit s’inscrire dans le quotidien du joueur. Pendant 30 jours, les joueurs doivent donc, comme ils en ont l’habitude durant la saison, gérer au mieux leur activité sexuelle.

 

En revanche, la privation de sexe, telle qu’elle est parfois prônée par certains sélectionneurs, est généralement contre-productive puisque c’est dans ces cas-là que les joueurs bravent l’interdit avec des femmes qu’ils ne connaissent souvent pas. Et souvent, la forme des joueurs s’en ressent sur le terrain.

 

Les sélectionneurs vont donc devoir opter pour le bon discours…

Laisser un commentaire